Ander Herrera a pris son temps et a fini par prendre ses marques. L'Espagnol se retrouve ainsi parfois titulariser en milieu défensif, parfois en milieu relayeur aux côtés de Paul Pogba, parfois il est sur le banc. Voilà pourquoi ne pas le faire jouer est une hérésie.


Lorsqu'il est arrivé au club en provenance de Bilbao, Ander Herrera était annoncé comme une valeur montante du football espagnol. Comparé à Iniesta mais surtout à Fabregas, il joue plutôt milieu de terrain offensif et est titulaire indiscutable dans son club. A Manchester, la donne sera différente. La concurrence est plus forte, le championnat est différent, Herrera joue moins.

D'ailleurs, si David Moyes avait été maintenu dans ses fonctions, peut-être Ander aurait joué plus. En effet, c'est bien l'Ecossais qui a voulu le recruter et qui a fait avancer le dossier (comme celui de Shaw). Utilisé de manière régulière tout de même par Louis Van Gaal qui a repéré chez lui de la qualité, l'Espagnol gagne des points auprès des fans. Il n'est que rarement excellent pourtant mais il n'abdique surtout jamais. Sa hargne et sa palette technique lui donnent un registre qu'aucun autre des milieux n'avait. Évidemment, il reste loin de Paul Scholes, sa qualité technique est moindre. Mais il va au combat, il est plutôt propre à la relance, il joue vers l'avant et il propose. De même, en interview, Herrera ressemble au gendre idéal. Il a appris très rapidement l'anglais, il est toujours souriant, poli et il dit être un "fou de foot". Il regarde des vidéos, lit sur le sujet, réfléchit sur le jeu et dit s'inspirer de joueurs comme Eric Cantona (forcément, ça plaît à Manchester United), Zinédine Zidane ou Andrés Iniesta.

C'est très bien tout cela mais être un gentil n'est pas forcément la meilleure attitude que puisse avoir un footballeur dans un grand club. Ander ne râlera pas lorsqu'il n'est pas titularisé. Et ça, José Mourinho l'a très bien compris. Dès la nomination du Portugais en tant que manager, j'ai pensé qu'il pourrait vraiment faire de l'Espagnol une pierre angulaire de notre jeu. En effet, Mourinho adore les milieux de terrain qui restent en place, qui n'hésitent pas à aller au combat physique et qui savent aussi faire une bonne utilisation du ballon. Herrera correspondait parfaitement et je m'attendais à voir dans un milieu à trois Pogba et Herrera alignés systématiquement tandis que le manager tournerait les milieux défensifs derrière eux pour savoir lequel correspond le mieux. Que nenni. Pogba est bien titulaire indiscutable mais Herrera, lui, est un coup titulaire à ses côtés, un coup placé derrière, et un coup sur le banc. Et lorsqu'il est sur le banc, à la différence de Pogba, la presse ne s'empare pas de l'affaire, ça ne fait pas de vague. Le nouveau manager en profite ainsi pour faire son turnover.

Sauf que quand Ander joue, il n'y a pas photo. Qu'il soit placé en milieu défensif ou en milieu relayeur, il a pris ses marques. Le style de jeu de Mourinho a très bien été compris et l'Espagnol s'applique à lui faire honneur. Engagé, rageur, râleur dès qu'on siffle une faute contre lui (et souvent à juste titre), il a gagné en confiance. Tellement à vrai dire, que cela en devient presque inquiétant. Les plus sceptiques pourraient même y voir les signes avant-coureurs de la fin de l'ère Mourinho : des joueurs qui s'engagent pleinement dans les duels physiques, qui sont sanctionnés, qui râlent. Comme cela a été le cas au Real Madrid et à Chelsea, les joueurs pourraient être lassés de jouer pour contrecarrer les plans adverses. Survoltés sur le terrain, ils pourraient se lasser aussi de subir et d'être sanctionnés pour au final finir suspendus. Car c'est bien là le problème de la nouvelle version d'Ander Herrera. Il va prendre des cartons et va commencer à être sous la menace d'une suspension. Il en est pour l'instant loin, rassurez-vous. Mais au fil de la saison, cela pourrait être le cas.

L'an passé déjà, Herrera avait parfois un engagement excessif qui lui faisait commettre des fautes grossières. Il faut qu'il fasse attention à cela. Le style plutôt défensif-agressif de Mourinho fait que les arbitres ont tendance à être plus sévères. A l'inverse du Barça ou des équipes de Guardiola, qui donnent souvent l'impression d'être favorisés par l'arbitrage. Cela est dû à leur style de jeu de possession, laissant penser qu'ils dominent outrageusement et que donc chaque faute est une faute d'agacement de l'adversaire. Et donc, la faute est sanctionnée plus durement. Prudence donc Ander, surtout dans les gros matchs.


Les gros matchs qui seront, je pense, sa garantie. Pour l'instant, je n'imagine pas Mourinho sortir Herrera de l'équipe lors d'un match important. Et tant que l'Espagnol fera des prestations de haut-niveau comme il l'a fait à Liverpool, il n'y a effectivement aucune raison pour qu'il ne soit pas titulaire. Il aime le club, il le montre sur le terrain, il bonifie notre jeu, tout est réglé. Tout ? Non, pas vraiment car le manager laisse planer un doute tactique qui prouve à la fois qu'Ander peut s'adapter grâce à son intelligence et à la fois qu'il n'est pas indispensable à un poste en particulier.
Très bon en milieu défensif comme en milieu relayeur, Herrera a montré que le milieu de terrain moderne n'avait pas de secret pour lui. Certes, mais quel est le mieux pour l'équipe ?

Étant donné que notre système restera celui qu'on adopte actuellement, à savoir un milieu défensif et deux milieux placés plus haut, Ander a donc deux postes qu'il peut occuper. Soit celui de milieu défensif soit celui de relayeur aux côtés de Pogba. Mourinho a essayé de mettre en valeur le Français en le faisant monter d'un cran avec en soutien Herrera et ensuite Fellaini encore un cran plus bas. Cette disposition est chère à Pep Guardiola qui n'aligne jamais ses milieux dans l'optique qu'ils se placent chacun dans les intervalles de passes, entre les deux lignes adverses. Dans cette disposition, les meilleures solutions sont, pour moi, les suivantes et malheureusement, le problème d'Ander et de tous les joueurs polyvalents (comme Blind également) est que leur position va dépendre de la qualité des joueurs à leur « second poste ».


Plus clairement, prenons la première possibilité : Ander aux côtés de Pogba (laissant le Français jouer plus haut ou pas, peu importe). Il faut donc trouver qui sera le milieu défensif et quatre choix s'offrent à Mourinho qui, lui, n'en voit que deux : Fellaini (utilisé), Carrick (utilisé), Blind (jamais utilisé à son vrai poste) et Schneiderlin (apparemment pas dans les plans).
On va donc écarter ce dernier même s'il serait intéressant de lui donner du temps de jeu et de l'impliquer. Reste donc trois choix. Blind est utilisé en défense et le problème de vouloir l'utiliser en milieu défensif est qu'il ne pourrait pas le rester durablement. En effet, Eric Bailly partira à la CAN et dans cette optique [on attend de savoir la nature exacte de la blessure de l'ivoirien, blessé au genou lors du match contre Chelsea], le Néerlandais sera replacé dans l'axe de la défense. D'autre part, même avec l'Ivoirien présent, il suffit que Smalling ou Shaw soient blessés, fatigués ou suspendus pour qu'il ait à reprendre leur place, Darmian n'étant pas très fiable à gauche et Marcos Rojo n'étant pas fiable sur un terrain de football. Cependant, si Blind excellait à ce poste de milieu défensif dans notre système, peut-être Mourinho devrait revoir ses plans. C'est peut-être pour cela qu'il ne veut pas prendre le risque.

Michael Carrick pose un problème différent. Bien-sûr il a des qualités indéniables mais il ne présente pas la dimension de "combat physique" qu'aime voir Mourinho chez ses joueurs. D'autre part, il a déjà 35 ans. Il est donc moins performant qu'auparavant et ne représente plus l'avenir du club même à court terme. La saison prochaine, il aura sûrement encore régressé. De plus, à son âge, il ne pourra pas beaucoup enchaîner et devra être utiliser à bon escient, ce que faisait parfaitement Sir Alex Ferguson avec Ryan Giggs ou Paul Scholes. Il serait bon de tester Carrick dans un milieu à trois avec Pogba et Herrera dans un gros match, pour voir comment ils s'en sortent. Cela serait réellement un milieu agréable à voir jouer et avec une qualité technique indéniable mais serait-il compatible avec le système de jeu et de récupération que veut instaurer Mourinho ? Carrick et Herrera sont tous les deux des joueurs qui, même s'ils peuvent jouer dans un jeu de contre-attaque, seraient plus à l'aise pour poser le jeu, construire et casser les lignes en temps voulu. En cela, leur association serait une association pour la possession plus que pour la contre-attaque.

Enfin, Fellaini a été utilisé en tant que milieu défensif plusieurs fois et a alterné le bon et le moins bon. Ses prestations sont décriées mais le manager martèle en conférence de presse que Marouane fait exactement ce qu'on lui demande. Bien-sûr, Fellaini n'a pas peur du combat et c'est un joueur qui va tout donner sur le terrain. Mais son manque de technique est criant et c'est là que le bât blesse. Dans quelle autre équipe au sommet de la Premier League serait-il titulaire ? On ne parle même pas au niveau européen. Pourtant, Mourinho s'entête avec lui dans cette position et c'est ainsi qu'il a été aligné face à Liverpool. Était-ce pour permettre à Pogba de jouer plus haut et à Herrera de jouer à son réel poste ? Rien n'est moins sûr.
La réponse se fera au fil des matchs et peut-être durant le mercato d'hiver. Car si Mourinho tient tant que cela à faire jouer Ander Herrera aux côtés de Paul Pogba, dans sa position préférentielle, il faudra peut-être acheter un milieu défensif de haut-niveau en janvier. Il est ainsi assez inexplicable que Manchester United ne se soit pas positionné sur N'Golo Kante ou sur Amadou Diawara lors du mercato estival.

L'autre solution qui s'offre au système de José Mourinho, c'est de "sacrifier" les qualités offensives d'Ander Herrera et de privilégier son sens du placement et sa hargne pour le replacer en tant que milieu défensif. Ainsi, Pogba jouerait un cran au-dessus sur la gauche et sur la droite du Français, encore un peu plus haut sur le terrain, Juan Mata ou Mkhitaryan pourraient trouver une place proche de celle qu'ils affectionnent le plus.
C'est alors qu'on en revient au problème de la dépendance de Herrera vis-à-vis de la performance de ses coéquipiers à son "second poste". Si l'on part du principe qu'il est indispensable sur le terrain, c'est la performance du milieu défensif ou des milieux relayeurs qui vont lui donner sa position. S'il est aligné en milieu défensif et que Mata ou Mkhitaryan ne saisissent pas leurs chances à ce poste, que Mourinho voit que cela ne "prend pas", il y a fort à parier qu'ils ne seront pas reconduits immédiatement ou alors replacés sur l'aile droite pour libérer une place au milieu. Dans ce cas, Herrera devrait remonter d'un cran et laisser le poste de milieu défensif à Fellaini, Carrick, Blind ou Schneiderlin. Ainsi, voir sur l'aile droite Mata ou Mkhitaryan combiner avec Herrera pourrait paraître alléchant. Mais quand est-il si l'on imagine Mata et Mkhitaryan alignés ensemble (l'un sur l'aile, l'autre en milieu relayeur, les deux permutant dans le match) ? Offensivement, cela serait plus qu'alléchant mais au détriment de Herrera qui se retrouverait à faire le « sale boulot ».
Sinon, Herrera étant placé cette fois-ci en relayeur, la performance du milieu défensif testé serait alors primordiale. Si le manager considère ainsi que Fellaini ou Carrick nous permettent d'être plus solides en tant que milieu défensif alors l'Espagnol pourrait se retrouver à jouer enfin à son poste favori. Encore une fois, cela n'est pas certain que Mourinho veille à mettre les joueurs dans leur position préférentielle. À Chelsea pourtant, il alignait souvent la même équipe type et il est bien plus rassurant pour des supporters de savoir à peu près quels joueurs seront utilisés lors des gros matchs. D'un autre côté, et c'est peut-être à cela que pense le Portugais, cela rend l'équipe plus lisible pour l'adversaire.

Qu'il se rassure, pour l'instant, Manchester United ne l'est pas, que ce soit pour les adversaires ou pour les supporters. Une chose néanmoins transparaît : Herrera et Pogba pourraient être si cela continue les inséparables de notre système pour des années. Si Mourinho le veut bien.